Les mesures d’urgence et l’exercice d’évacuation en résumé

Profitons du beau temps qui s’installe tranquillement pour parler mesures d’urgence et exercice d’évacuation. Qu’est-ce qu’un plan de mesures d’urgence? Que doit-on faire pour qu’il soit efficace? Combien de fois par année devons-nous faire un exercice d’évacuation?

Profitons du beau temps qui s’installe tranquillement pour parler mesures d’urgence et exercice d’évacuation. Qu’est-ce qu’un plan de mesures d’urgence? Que doit-on faire pour qu’il soit efficace? Combien de fois par année devons-nous faire un exercice d’évacuation?

J’en arrive à vous parler de ce sujet suite à deux cas vécus dans les derniers mois parmi mes clients. Aux deux endroits, il y avait des problématiques particulières soit la clientèle visée et le fait que la bâtisse soit partagée par plusieurs entités. Dans les deux cas, il y avait eu des fausses alarmes où les lieux n’avaient pas été évacués rapidement ni par tous les gens présents. Nous avons donc procédé à la mise en place d’un plan, donné la formation nécessaire et avons fait un exercice d’évacuation. Dans les mois qui ont suivi, ces deux adresses ont été victimes d’un incendie. Pour la première fois, tout le monde a évacué rapidement, il n’y a eu que des conséquences matérielles, somme toute mineures, puisque les mesures ont été appliquées rapidement. Quel soulagement pour les directions en place et même, pour moi. Pas de blessé, pas de drame, pour quelques heures de planification et formation!

Plusieurs questions se posent sur cet aspect de la santé et sécurité au travail. Tout d’abord, votre entreprise doit posséder un plan de mesures d’urgence. Rien de bien compliqué, mais qui est essentiel à un bon déroulement de l’évacuation en situation d’urgence.

Que doit contenir votre plan de mesures d’urgence :

  • Les procédures d’intervention à adopter selon le danger en cause (incendie, déversement, fuite, etc.);
  • Qui sont les intervenants ainsi que leurs rôles et responsabilités;
  • Afficher un plan des lieux dans les endroits les plus visités par le public et les travailleurs;
  • Déterminer le lieu de rassemblement et l’afficher adéquatement;
  • Y a-t-il des personnes à mobilité réduite? Avons-nous les équipements pour les déplacer en cas de besoin?
  • Faire une révision annuelle du plan.

 

Le 3e point vous a peut-être fait sourciller. C’est vrai que faire un plan des lieux peut sembler assez complexe. Alors voici une courte liste de ce que doit contenir un plan des lieux :

  • Sorties d’urgence;
  • Points de rassemblement;
  • Extincteurs;
  • Trousses de premiers soins, etc.

Il y a plusieurs points qu’il ne faut pas oublier et le plus important selon moi, est l’exercice d’évacuation. En effet, il permet de constater si le plan est fonctionnel, si on entend bien le système d’alarme à la grandeur de la bâtisse durant le travail régulier, de voir si la centrale d’alarme est rapide ou non.

De plus, il s’agit d’une obligation légale à la Loi sur la santé et sécurité au travail de faire un exercice d’évacuation annuel (voir le Règlement en santé et sécurité, articles 34 à 38). Vous ne vous sentez pas visé? Sachez qu’un établissement, au sens de la Loi est : « l'ensemble des installations et de l'équipement groupés sur un même site et organisés sous l'autorité d'une même personne ou de personnes liées, en vue de la production ou de la distribution de biens ou de services, à l'exception d'un chantier de construction; ce mot comprend notamment une école, une entreprise de construction ainsi que les locaux mis par l'employeur à la disposition du travailleur à des fins d'hébergement, d'alimentation ou de loisirs, à l'exception cependant des locaux privés à usage d'habitation » (art.2 LSST). Donc, dès que vous répondez à ces critères et que vous êtes inscrit à la CSST, vous devez vous conformer à l’obligation de faire un exercice annuel d’évacuation.

Pour conserver une trace de tous vos exercices d’évacuation, je vous conseille de faire un rapport de l’événement qui contient les éléments suivants :

  • Date et heure;
  • Une liste de vérification pré-alarme : le système d’alarme est fonctionnel, le système est relié à une centrale, il n’y a pas de tâches en cours qui pourraient mettre la vie des travailleurs en danger si on fait un exercice d’évacuation, etc.;
  • Déroulement de l’exercice : heure de début et de fin, nombre de personnes présentes, alarme audible dans tous les secteurs, tout le monde s’est rendu au point de rassemblement si non, pourquoi?
  • Y a-t-il eu des problèmes ou y a-t-il des correctifs à apporter?

Si après toutes ces explications vous avez encore du mal à vous y retrouver, sachez que les pompiers de votre municipalité ou une conseillère en santé et sécurité au travail peuvent vous aider à réaliser le plan de mesures d’urgence et l’exercice d’évacuation. Non seulement cela peut sauver des vies, mais les pompiers seront plus efficaces pour combattre l’incendie s’il y a lieu.

Finalement, vous pouvez leur fournir des renseignements qu’ils gardent en leur possession en cas de besoin :

  • Qui sont les personnes responsables de la bâtisse;
  • Un plan des lieux qui identifie les différents risques présents;
  • Les fiches signalétiques des produits contenus en grande quantité et l’endroit où ils sont dans la bâtisse;
  • Le lieu de votre point de rassemblement.

J’ai toujours préféré que les pompiers soient impliqués dans un dossier de mesures d’urgence et présents lors de l’exercice d’évacuation, car ils ont alors une meilleure connaissance des lieux. Si votre sécurité est importante, la leur l’est tout autant.

Bon exercice d’évacuation!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *