C’est bien beau mettre en place un comité de santé et sécurité au travail, souvent appelé CSS, mais encore faut-il qu’il soit efficace et surtout récurrent.

C’est bien beau mettre en place un comité de santé et sécurité au travail, souvent appelé CSS, mais encore faut-il qu’il soit efficace et surtout récurrent.

Qu’est-ce qu’un CSS? ...continuer la lecture de "Le comité de santé et sécurité en résumé"

Quel est le plus grand défi de la SST? Est-ce de trouver des solutions pour prévenir tous les accidents? De concevoir des machines ayant des gardes efficaces à 100%? Est-ce de prévoir l’imprévisible? Devenir devin?

Non, le plus grand défi en prévention est simplement de réussir à sensibiliser les gens aux risques bien réels d’un accident en milieu de travail. Dès qu’il y a un être humain qui effectue une tâche, même simple, il y a un risque d’accident.

Combien de fois on entend : « Oui, mais c’est un équipement neuf, il doit être sécuritaire! » ou « ça fait quarante ans qu’on travaille comme ça et y n'est jamais rien arrivé » et récemment j’ai entendu : «  ça ne peut pas être dangereux pour la santé ce produit-là, y sent pas grand-chose! »

Les exemples sont nombreux et même infinis pour justifier l’inaction de certaines personnes. Des phrases clés qui permettent à certains employeurs de se convaincre eux-mêmes qu’ils sont « corrects » et n’ont donc pas besoin de s’occuper de prévention.

Nous ne le répèterons jamais assez, mais la prévention est un élément de base qui permet non seulement d’améliorer la sécurité et la santé des employés, mais elle peut aussi permettre d’améliorer la production, la rentabilité et la stabilité de vos équipes de travail.

Tant qu’un employeur ferme les yeux et ne veut pas prendre conscience de tous les éléments qui l’entourent, malheureusement, la prévention demeure un beau mot à la mode!

 

Plusieurs personnes croient que je travaille pour la CSST, me disent que je suis conseillère CSST. Toutes les fois, mes orteils frisent! Non, je ne travaille pas pour la CSST. Non, je ne suis pas une conseillère CSST.

Plusieurs personnes croient que je travaille pour la CSST, me disent que je suis conseillère CSST. Toutes les fois, mes orteils frisent!

Non, je ne travaille pas pour la CSST. Non, je ne suis pas une conseillère CSST.

Je suis une conseillère en santé et sécurité au travail. Mon rôle est d’aider les petites et moyennes entreprises à performer en prévention. Pourquoi je vise ce marché? C’est tout simplement parce que je crois que ce sont ces entreprises qui ont le plus besoin d’aide et d’appui. Dans les plus grandes entreprises, il y a une personne mandatée au dossier de la prévention.

Puisque mes parents sont en affaires; mon grand-père l’était aussi, j’ai une bonne connaissance des réalités de ces entreprises. Lorsque l’on a peu d’employés, plusieurs tâches se retrouvent à la direction et c’est souvent cette même direction qui doit remplacer les employés malades, aider lorsqu’il y a une surcharge de travail imprévue, etc.

Lorsque l’on parle de prévention, il s’agit souvent d’un mal nécessaire pour la majorité des propriétaires d’entreprise. Une grosse dépense qui se résume à payer des cotisations à la CSST. Pour ma part, la prévention est beaucoup plus importante. Elle peut avoir des bénéfices à bien des niveaux. La productivité sera améliorée, le bien-être et la rétention des employés augmentés et surtout, une baisse des accidents de travail dans votre entreprise.

Comment je fais pour y arriver?

Je gère vos obligations envers la CSST et même, votre mutuelle de prévention. Je suis le chien de garde de la prévention de votre entreprise.

Est-ce que votre comité SST est efficace et a 4 rencontres par année? Est-ce que vous faites des inspections trimestrielles des lieux? Est-ce que vous avez des secouristes formés?

Il s’agit ici de trois questions simples auxquelles la majorité des entrepreneurs répondent non!

Selon vos besoins, que nous établissons ensemble, je gère votre dossier de prévention. Je mets en place des outils simples et efficaces qui touchent à beaucoup plus que la prévention et vous permettront de vous décharger d’un très gros dossier.

En terminant, vous pouvez consulter la liste de mes services ici. Et si vous avez des besoins plus spécifiques, contactez-moi, je vous transmettrai ma passion de la prévention.

 

La question peut sembler surprenante à première vue, mais en santé et sécurité au travail elle est justifiée. Alors, je vous la repose : Combien de secondes vaut votre vie?

La question peut sembler surprenante à première vue, mais en santé et sécurité au travail elle est justifiée. Alors, je vous la repose : Combien de secondes vaut votre vie?

Votre réponse devrait tourner autour de : « Bien plus que quelques secondes ». En effet, une vie ça n’a pas de prix. Notre vie, on la voudrait à l’infini pour profiter des beaux moments, réaliser des milliers de projets…

Donc, pourquoi, lorsqu’il ne suffit de poser un geste de quelques secondes pour sécuriser votre travail, vous ne le faites pas? Pourquoi vous ne prenez pas le temps de faire le ménage de votre poste de travail? Pas sortir les produits ménagers et frotter, mais juste ranger aux bons endroits les choses qui trainent dans votre aire de travail. Pourquoi ne pas prendre quelques secondes pour dissimuler les fils qui courent sur le plancher et peuvent occasionner un risque de chute? Pourquoi ne pas prendre quelques secondes de plus pour lire la fiche signalétique du nouveau produit de nettoyage? Pourquoi ne pas prendre quelques secondes pour relire la procédure de cadenassage, pour poser une question lorsque vous n’êtes pas certain de la méthode à utiliser, pour avertir un collègue lorsque la situation dans laquelle il travaille vous semble dangereuse?

Je pourrais continuer encore longtemps, mais je vais m’arrêter ici. J’espère que le message était assez clair et si les questions posées ne vous touchent pas, n’hésitez pas à communiquer avec moi, je vais adapter mon questionnaire à votre milieu de travail. Car peu importe où vous travaillez, votre vie vaut beaucoup plus que quelques secondes!

 

La période d’été en entreprise est souvent un moment où les patrons doivent composer avec le nombre d’absences élevé dû aux vacances annuelles, aux étudiants embauchés et à la réorganisation des postes de travail selon les employés restants.

La période d’été en entreprise est souvent un moment où les patrons doivent composer avec le nombre d’absences élevé dû aux vacances annuelles, aux étudiants embauchés et à la réorganisation des postes de travail selon les employés restants.

Il s’agit d’une période difficile à gérer tant au niveau de l’efficacité et de la rentabilité. Cependant, pour une personne comme moi, il s’agit du meilleur moment dans l’année pour évaluer les postes de travail, la complexité des tâches à effectuer et la facilité de remplacement d’un employé régulier à un poste donné.

En d’autres mots, les employés qui exercent des fonctions inhabituelles deviennent une source d’information exceptionnelle sur les lacunes d’un poste, les procédures qui sont trop complexes, le manque de sécurité, etc.

Voyez-vous où je veux en venir?

Un employé placé temporairement à un poste n’a pas pris d’habitudes. Il n’a pas les « trucs » des anciens pour « sauver » du temps. Souvent, il n’a pas eu plus de quelques minutes de formation et il fera au meilleur de sa connaissance. Bref, il aura des difficultés à surmonter, il se cognera si quelque chose est mal placé, il aura mal partout si sa position n’est pas ergonomique, etc.

Pensez-y, au lieu de détester les vacances de vos employés, voyez-les comme un moyen d’améliorer vos postes de travail, vos procédures et votre performance en santé et sécurité au travail.

 

Ce matin, je me lève en réalisant que ça fait maintenant trois ans que mon idée de fou est devenue une entreprise. Trois ans, que je me lève à chaque matin non pas pour travailler, mais pour vivre ma passion. Trois ans, que je change le monde à ma façon, un petit geste à la fois, une personne à la fois.

Ce matin, je me lève en réalisant que ça fait maintenant trois ans que mon idée de fou est devenue une entreprise. Trois ans, que je me lève à chaque matin non pas pour travailler, mais pour vivre ma passion. Trois ans, que je change le monde à ma façon, un petit geste à la fois, une personne à la fois.

Alors maintenant, je fais quoi?

Je continue mon travail comme je l’ai toujours fait, comme vous devez le faire en entreprise à tous les jours. La santé et sécurité n’est pas un but ultime à atteindre, c’est une évolution constante. Dans ce domaine, la grosseur du projet importe peu. Le plus important c’est de prendre les dangers un à un et de tenter de les régler, tout simplement. Le budget n’a pas nécessairement à être d’importance, le prix qu’il coûte peut être minime. Souvent, les idées les plus simples et les moins coûteuses seront celles qui seront les plus faciles à mettre en place et à maintenir. Gardez en tête que tout bouge autour de vous : les procédés s’améliorent, les employés changent, la production se diversifie, etc. Alors pourquoi pensez-vous que de mettre plusieurs heures pour améliorer votre dossier et ensuite le « tabletter » est la solution?

J’ai parfois l’impression de tirer dans tous les sens. La santé et sécurité au travail c’est tellement vaste, alors comment pouvez-vous affirmer que vous n’avez pas d’idées?

J’espère que les 3 dernières années représentent les années à venir pour moi et mon entreprise, c’est-à-dire des clients en or, des idées à profusion et une vague impression d’améliorer le monde.

Merci pour cette confiance et au plaisir de discuter santé et sécurité pour de nombreuses années encore.

 

Ce samedi 28 avril 2012, avait lieu la Journée mondiale de la santé et sécurité. Cette année, le thème choisi était : promouvoir la sécurité et la santé dans une économie verte.

Je suis également blogueuse sur le  Blogue Citoyen du Bas-du-Fleuve et cette semaine, mon article est tout simplement approprié pour le publier également sur mon blogue.

Ce samedi 28 avril 2012, avait lieu la Journée mondiale de la santé et sécurité. Cette année, le thème choisi était : promouvoir la sécurité et la santé dans une économie verte.

Pourquoi ce sujet mérite-t-il un article de blogue? Pourquoi devriez-vous prendre le temps de lire cet article? Tout simplement parce que la société dans laquelle nous vivons est en transformation, en changement. De plus en plus de mouvements dits « verts » voient le jour et tout le monde désire mettre l’épaule à la roue pour y participer. Notre planète est importante, il faut en prendre soin.

Alors, pourquoi est-il encore si difficile de faire comprendre aux gens l’importance de la santé et de la sécurité? Il s’agit de notre vie, notre santé, celles de nos proches, de nos enfants.  Nous passons plus de 8 h par jour, en moyenne, au travail. Cet aspect devrait être important pour chacun d’entre nous et nous devrions même le considérer lorsque nous faisons le choix d’un employeur versus un autre.

Alors que dans certains pays l’environnement et la santé et sécurité au travail sont interreliées, j’ai l’impression qu’au Québec nous sommes un peu en retard. Au Bas-St-Laurent, nous avons de nombreuses initiatives vertes, mais elles sont rarement mises en lien avec la santé et sécurité au travail.

Je vous invite à consulter cet article de l’International Labour Organization qui expose les enjeux qui ont été touchés durant cette journée mondiale. Je crois qu’il est grand temps que ces deux grands principes de vie ne fassent plus qu’un. Notre environnement est important, mais notre santé et notre intégrité physique ne le sont-elles pas autant?

Note de l’auteure : Comme je suis une passionnée de santé et sécurité au travail il est pour moi plus facile de parler de ce sujet. Par contre, avec le thème de la journée mondiale en SST, je crois qu’il est maintenant grand temps de faire ce changement « environnemental ».

 

Petite histoire personnelle vécue dans les dernières heures.

Petite histoire personnelle vécue dans les dernières heures.

Mon jeune chien est très malcommode, il veut jouer comme tous les autres chiens. Il passe beaucoup de temps dehors. Samedi, je ne l’ai pas entendu de la journée, il a été sage comme une image jusqu’à ce que je quitte et que je trouve le gros trou béant dans mon entrée.

Comme j’étais déjà en retard, j’ai repoussé  la terre avec mon pied et je suis partie en me disant, en revenant, je vais m’en occuper, ça arrive vite un incident. En arrivant tard dans la nuit, je n’ai pas pris le temps de le refermer. J’étais très contente quand hier soir, je me suis enfin décider à le remplir. Jusqu’à maintenant vous avez le droit de vous demander où est-ce que je veux en venir, continuer à lire le punch s’en vient!

Aujourd’hui, mon chiot a encore passé beaucoup de temps dehors et il a recreusé son trou. Comme je quittais en fin d’après-midi en catastrophe, je n’ai même pas remarqué que le trou en bas des marches était aussi creux. Je l’ai enjambé en me disant que ce soir, je prendrais le temps de le réparer, encore une fois.

Devinez ce qui m’est arrivée. De retour à la maison, comme il faisait noir, j’ai complètement oublié le trou dans l’entrée. J’ai mis le pied dedans et avant même de m’en rendre compte, j’étais au sol. J’ai perdu connaissance pendant un instant, devant les yeux horrifiés de ma fille de 3 ans. Par chance, elle a été capable de passer par la porte avant de la voiture pour aller chercher ma voisine. Résultat : une cheville bleue, un genou tordu, deux mains et un coude raflé. Pour une mère monoparentale comme moi, le coucher de ma fille et la marche de mon chien ont été particulièrement difficiles ce soir. Je ne travaillerai pas plus que l’écriture de cet article non plus, donc un retard à rattraper dans les prochains jours.

La moral de cette histoire est fort simple, même moi je l’ai oublié dans les derniers jours, ne jamais remettre au lendemain la réparation d’une situation dangereuse, aussi insignifiante peut-elle paraître. Même si les gens savent qu’il y a un bris, un oubli est vite arrivé comme dans mon cas. Je vous en supplie, pensez à toutes les conséquences qui peuvent survenir, j’ai été chanceuse dans mon histoire.

Voici la phrase que je répète continuellement lors de l’animation de comité de santé et sécurité. Combien de fois est-ce que je vois des procédures de cadenassage ou de mise à énergie zéro qui impliquent beaucoup trop de gens, des procédures de travail dans un parfait français mais que personne ne comprend sur le plancher?

Voici la phrase que je répète continuellement lors de l’animation de comité de santé et sécurité. Combien de fois est-ce que je vois des procédures de cadenassage ou de mise à énergie zéro qui impliquent beaucoup trop de gens, des procédures de travail dans un parfait français mais que personne ne comprend sur le plancher? Je pourrais vous citer des exemples pendant des heures.

Comment s’assurer alors que l’ "on garde ça simple".

J’ai quelques petits trucs que j’utilise. Tout d’abord, quand je dois continuellement consulter la feuille de procédures pour expliquer une nouveauté aux employés, c’est que ce n’est pas assez simple. Quand un employé m’explique une tâche et qu’après 10 minutes j’ai encore des points d’interrogation dans les yeux, ce n’est pas assez simple. Quand une procédure non complexe demande la collaboration de beaucoup trop d’intervenants et qu’il m’en manque souvent un, c’est que ce n’est pas assez simple. Vous comprenez le principe? On garde ça simple!

Plus une nouvelle méthode, politique ou changement est simple, plus vous avez de chances que les gens la comprennent et l’appliquent. Moins de failles ou de moyens de contournement ne pourront être découverts. Les nouveaux employés auront beaucoup plus de facilité à s’adapter à leur nouvel environnement, à suivre la productivité générale. Moins de gens ne seront indispensable à la rentabilité de votre entreprise.

Vous avez la chance d’avoir des employés compétents et talentueux, facilitez leur la vie, gardez ça simple!

 

 

Tout d’abord, bonne année à tous! Avez-vous passé de belles fêtes? Avez-vous pris du temps en famille? Avez-vous revu des gens dont vous vous étiez ennuyés? Avez-vous de bons souvenirs en mémoire?

Tout d’abord, bonne année à tous! Avez-vous passé de belles fêtes? Avez-vous pris du temps en famille? Avez-vous revu des gens dont vous vous étiez ennuyés? Avez-vous de bons souvenirs en mémoire?

Si oui, je vous invite à y penser fortement. Prenez une photo mentale de ces bons moments, imprégnez bien votre mémoire de cette chaleur humaine, ce sentiment de bien-être et de bonheur. Pourquoi est-ce si important pour moi de vous faire faire cette démarche sur un blogue en santé et sécurité?

La réponse est fort simple. Je veux m’assurer que vous ayez une image de ceux que vous aimez le plus la prochaine fois que vous voudrez prendre un raccourci non sécuritaire au travail; la prochaine fois que vous omettrez de cadenasser; que vous prendrez un autre chemin que l’aire de circulation balisée; que vous ne prendrez pas le temps de faire l’inspection quotidienne de votre chariot élévateur… Bref, lorsque vous jugerez que ces moments de bonheur vécus ne valent plus la peine de les revivre dans moins d’un an.

Êtes-vous capables d’affirmer hors de tout doute raisonnable que votre famille et vos amis ne méritent plus votre présence? Ou pire, que vous ne méritez plus de passer de bons moments avec eux? Si non, prenez le temps de bien effectuer votre travail afin de réduire les risques d’accident et d’être toujours parmi nous aux prochaines vacances des fêtes!